Introduction générale

Le caféier est un arbuste tropical, il pousse où il fait chaud ! Vous le trouverez partout entre le tropique du Cancer et le tropique du Capricorne, c’est ce qu’on appelle la « ceinture du grain » (Bean Belt).

Le caféier a aussi besoin d’humidité pour développer une belle cerise bien rouge. C’est pourquoi on le trouve dans les pays chauds et à une altitude comprise entre 600m et 2000m.

Il existe environ 90 pays qui regroupent les conditions nécessaires à la production du café. Ils sont répartis entre « les Amériques » (Centrale, du Sud, du Nord), l’Afrique et l’Asie-Océanie. La culture du café représente souvent une contribution majeure à l’économie des pays producteurs.

Bien que les plantations de café soient souvent imaginées comme des immenses domaines de mono production comme au Brésil, 70% de la production mondiale vient de fermes de moins de dix hectares, le plus souvent même en dessous de cinq hectares. Ce sont des parcelles morcelées sur lesquelles le café est associé à des cultures vivrières comme le maïs, le manioc ou la banane plantain. Cette culture traditionnelle est généralement respectueuse de l’environnement, en particulier parce que ce mode de culture nécessite peu de pesticides et d’engrais chimiques. Enfin, rarement mécanisée, la cueillette requiert un temps de main d’œuvre important ce qui fournit du travail à un très grand nombre de personnes.

Origine géographique

Si on parle de géographie du café il faut absolument parler de l’Éthiopie son pays d’origine. En effet c’est de cette région du globe que sont originaires les premiers plants de café. Ils étaient cultivés dans les montagnes du sud de l’Éthiopie. Les régions d’Éthiopie les plus connues pour la qualité de leur café sont Sidamo, Yirgacheffe et Harrar. Cependant, l’Éthiopie n’ayant pas d’accès à la mer c’est par un petit port marchand du Yémen de l’époque du nom de Mokha que les premiers cafés éthiopiens ont pu quitter leur berceau africain et coloniser le monde. C’est là l’origine du terme générique moka, utilisé pour désigner le café de cette région. Notre programme Découverte propose régulièrement des Moka incontournables.

Le café par région du globe : L’Afrique

Même si l’Éthiopie domine la région en étant reconnu comme le berceau du café d’autres pays d’Afrique centrale et d’Afrique de l’est cultivent le café de façon significative. Le Kenya, le Burundi, le Malawi, le Rwanda, la Tanzanie et la Zambie sont tous biens établis dans l’export du café.

Burundi

Production en 2013 : 167 000 sacs de 60kg

Le Burundi est un petit pays et ont peut dire que le café y pousse partout. Il n’y a pas de région dédiée à la culture du café mais vous en trouverez partout où l’altitude est suffisante. Le pays est divisé en provinces ayant chacune une station de lavage des cerises de café, vous trouverez les fermes à caféiers dispersées aux alentours de la station.

Le café est arrivé au Burundi dans les années 20 pendant la colonisation Belge, et à partir de 1933 chaque fermier devait cultiver au moins 50 caféiers. Lorsque le Burundi est devenu indépendant en 1962, la production du café a fortement été privatisée. Cette tendance s’est inversée en 1972 avec le changement de gouvernement, mais depuis 1991 la tendance s’inverse à nouveau et les cultures de café se privatisent dans tout le pays.

Le Burundi produit des cafés excellents aux arômes de fruits rouges avec un très bonne longueur en bouche.

Éthiopie

Production en 2013 : 6 600 000 sacs de 60kg

De tous les pays producteurs de café, l’Éthiopie est probablement le plus fascinant car reconnu comme le lieu de naissance du café. Mais cette fascination ne vient pas seulement de cela, les cafés d’Éthiopie sont uniques en leur genre et étonnants, mais aussi pleins de mystère. Ces cafés uniques aux arômes de fleurs et de fruits ont ouvert les yeux de beaucoup de professionnels du café sur la diversité gustative que l’on peut trouver dans le café.

On divise les cafés Éthiopiens en trois grandes catégories selon leur méthode de production.

Les cafés de forêts : Ils viennent de caféiers sauvages qui poussent principalement dans le sud-ouest du pays. Ils sont en général abrités du soleil par les différentes plantes qui les entourent et sont eux-mêmes le résultat d’un large mélange d’espèces de caféiers sauvages présentes dans la région. Ils fournissent des quantités de café récoltées relativement basses.

Les cafés de jardin : Ils viennent de caféiers plantés autour des habitations familiales. Ils poussent de façon plus contrôlée notamment par la gestion de l’ombre, la taille et l’utilisation d’engrais. C’est ce type de café qui produit la masse des cafés d’Éthiopie.

Les cafés de plantation : Ils viennent de caféiers cultivés de façon intensive dans des grandes fermes. Les pratiques de l’agriculture standard sont utilisées comme la taille, le paillage, l’utilisation d’engrais et la sélection de variétés résistantes aux maladies.

Kenya

Production en 2013 : 850 000 sacs de 60kg

Bien qu’il soit le voisin direct de l’Éthiopie qui est considérée comme le berceau du café, le Kenya a commencé la production de café relativement tard. Les premières traces de caféiers dans le pays datent de 1893 lorsque des missionnaires Français ont importé des caféiers depuis l’île de la Réunion. Initialement le café était produit dans des larges propriétés sous les règles coloniales Britanniques et les récoltes vendues à Londres. En 1933 la loi du « Coffee Act » est passée établissant un Conseil du Café Kenyan et ramenant la vente du café au Kenya. En 1934 un système de ventes aux enchères est établi et il est toujours en place aujourd’hui. Une année plus tard des protocoles sont créés pour noter les cafés afin d’en améliorer la qualité sur le long terme. Ce système est lui aussi toujours en place et il a porté ses fruits.

Malawi

Production en 2013 : 30 000 sacs de 60kg

Il semble que le café a été introduit au Malawi à la fin du 19e siècle. On raconte qu’un seul caféier en provenance des jardins botaniques d’Édinbourg fut importé dans le pays en 1878 par John Buchnan, un missionnaire Ecossais. Cet arbre aurait été planté dans le sud du pays, dans la région de Blantyre. Dès l’année 1900 cette région produisait déjà 1000 tonnes de café par an. Malgré ce départ de bonne augure la production de café s’est écroulée peu de temps après. Ceci est dû à une mauvaise gestion des sols, des insectes ravageurs et des maladies. Il faudra attendre la fin du 20e siècle pour voir la production enfin décoller.

Rwanda

Production en 2013 : 300 000 sacs de 60kg

Des missionnaires Allemands ont été les premiers à importer le café au Rwanda en 1904. Il faudra attendre 1917 pour que la production soit suffisante pour commencer à exporter. Après la 1ere guerre mondiale l’Allemagne déchue de ses colonies laisse le contrôle du Rwanda à la Belgique. C’est pour ça qu’historiquement la grande majorité du café Rwandais a transitée par la Belgique.

Les premiers arbres plantés dans la province de Cyangugu sont la première variété de café Rwandais. C’est une mutation de la variété originelle Bourbon. Lentement la culture du café s’est étendue d’abord dans la région de Kivu puis dans tout le pays. Les arabicas Cyangugu et Kivu font régulièrement partie de notre programme Découverte.

Tanzanie

Production en 2013 : 750 000 sacs de 60kg

L’histoire orale raconte que le café est arrivé en Tanzanie depuis l’Ethiopie au 16e siècle. Amené par la tribu des « Haya » et connu comme le « café haya » c’était probablement une variété de Robusta. Il fait partie fortement depuis cela de la culture Tanzanienne. La cerise était bouillie puis fumée au feu de bois pendant plusieurs jours afin d’être mâchée au lieu d’être infusée. C’est sous la domination coloniale Allemande que le café est devenu une culture de rapport. La culture du café s’est depuis étendue à plusieurs régions du pays malgré l’opposition des Haya. Aujourd’hui la région du Kilimandjaro est connue pour ses cafés fins qui font régulièrement partie de notre programme Découverte.

Zambie

Production en 2013 : 10 000 sacs de 60kg

Dans les années 50 des missionnaires introduisent en Zambie des plants de Bourbon importés du Kenya et de Tanzanie. La culture du café a décollé à la fin des années 70 grâce à l’assistance de la banque mondiale. Malheureusement des problèmes d’insectes ravageurs et de maladies ont forcé les cultivateurs à se tourner vers un hybride du Catimor. C’est un caféier bien moins réputé que le fameux Bourbon. En conséquence l’industrie des cafés spéciaux néglige la Zambie. Ceci à donner lieu à un cercle vicieux, les acheteurs de cafés spéciaux négligeant les cafés de Zambie, les investissements diminuent et avec eux la qualité globale des cafés produits.

Notre programme Découverte vous fera découvrir au fil du temps tous les types de cafés africains à connaitre.